Colloques du Collège de France
Téléchargeables ou lisibles directement dans le navigateur selon configurations. Formats audio .m4a / .mp3

Colloque 2015 - 16 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Conclusions générales John Scheid Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 16 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Conclusions générales John Scheid Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 15 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Lumières, sociétés, sciences au XVIIIᵉ siècle Daniel Roche Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 15 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Lumières, sociétés, sciences au XVIIIᵉ siècle Daniel Roche Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 14 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières La lumière dans le tableau Philippe Walter Laboratoire d'archéologie moléculaire et structurale, UPMC / CNRS Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 14 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières La lumière dans le tableau Philippe Walter Laboratoire d'archéologie moléculaire et structurale, UPMC / CNRS Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 13 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Droit et lumière, de Sumer à nos jours Dominique Charpin Collège de France Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 13 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Droit et lumière, de Sumer à nos jours Dominique Charpin Collège de France Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 12 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières La lumière : une vibration dans le regard du peintre Pascale Hémery Peintre Pascale Hémery est née en 1965. Elle vit et travaille entre Paris et la Bourgogne. Elle se consacre au dessin à la peinture et développe un travail important en gravure, sur bois particulièrement. Ses œuvres font partie de collections publiques, telles que le musée Carnavalet, la BNF, les musées des Beaux-Arts de Nevers, Belfort, le Musée du dessin et de l'estampe originale de Gravelines ainsi que de nombreuses collections privées en France et à l'étranger. Télécharger la vidéo Télécharger l'audio Biographie [320.0Ko] Lumière, lumières « Pascale Hémery dessine l'envers des grandes villes. Elle donne à voir le côté cour ou le côté terrasse avec de vastes vues plongeantes, comme si elle se tenait au sommet du plus haut immeuble. Elle compose un fragment de ville silencieux avec enchevêtrement de lignes qui laisse pressentir le chaos tout proche. Avec elle, la rêverie garde une grande précision de contour. Au fusain et parfois à la craie, elle parvient à faire vivre et respirer la surface d'un pan d'immeuble, elle fait vibrer le faisceau métallique d'une voie ferrée, elle restitue aux mastodontes urbains une part de douceur et de fragilité. Elle donne à ces dédales de ciment et de pierre la sensibilité d'un corps endormi. » Philippe Garnier in Catalogue de l'Exposition « Les Cahiers dessinées » – 2015 Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 12 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières La lumière : une vibration dans le regard du peintre Pascale Hémery Peintre Pascale Hémery est née en 1965. Elle vit et travaille entre Paris et la Bourgogne. Elle se consacre au dessin à la peinture et développe un travail important en gravure, sur bois particulièrement. Ses œuvres font partie de collections publiques, telles que le musée Carnavalet, la BNF, les musées des Beaux-Arts de Nevers, Belfort, le Musée du dessin et de l'estampe originale de Gravelines ainsi que de nombreuses collections privées en France et à l'étranger. Télécharger la vidéo Télécharger l'audio Biographie [320.0Ko] Lumière, lumières « Pascale Hémery dessine l'envers des grandes villes. Elle donne à voir le côté cour ou le côté terrasse avec de vastes vues plongeantes, comme si elle se tenait au sommet du plus haut immeuble. Elle compose un fragment de ville silencieux avec enchevêtrement de lignes qui laisse pressentir le chaos tout proche. Avec elle, la rêverie garde une grande précision de contour. Au fusain et parfois à la craie, elle parvient à faire vivre et respirer la surface d'un pan d'immeuble, elle fait vibrer le faisceau métallique d'une voie ferrée, elle restitue aux mastodontes urbains une part de douceur et de fragilité. Elle donne à ces dédales de ciment et de pierre la sensibilité d'un corps endormi. » Philippe Garnier in Catalogue de l'Exposition « Les Cahiers dessinées » – 2015 Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 11 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Lumière des bouddhas et poussière du monde dans la poésie japonaise médiévale Jean-Noël Robert Collège de France Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 11 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Lumière des bouddhas et poussière du monde dans la poésie japonaise médiévale Jean-Noël Robert Collège de France Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 10 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Lumière et molécules individuelles: l'intérieur d'une cellule comme vous ne l'avez jamais vu grâce aux balises nanométriques William E. Moerner Université de Stanford Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 10 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Lumière et molécules individuelles: l'intérieur d'une cellule comme vous ne l'avez jamais vu grâce aux balises nanométriques William E. Moerner Université de Stanford Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 09 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières La photosynthèse artificielle : transformer le soleil en carburants Marc Fontecave Collège de France Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 09 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières La photosynthèse artificielle : transformer le soleil en carburants Marc Fontecave Collège de France Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 08 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières La lumière au siècle des Lumières et aujourd'hui, de la biologie de la vision à une nouvelle conception du monde, de Newton à Henri Grégoire et aux Droits de l'Homme Jean-Pierre Changeux Collège de France Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 08 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières La lumière au siècle des Lumières et aujourd'hui, de la biologie de la vision à une nouvelle conception du monde, de Newton à Henri Grégoire et aux Droits de l'Homme Jean-Pierre Changeux Collège de France Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 07 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Lumière, disparitions, apparences... José-Alain Sahel Collège de France (2015-2016), Institut de la vision, Sorbonne Universités Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 07 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Lumière, disparitions, apparences... José-Alain Sahel Collège de France (2015-2016), Institut de la vision, Sorbonne Universités Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 06 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Illuminer les circuits neuronaux sous-tendant le mouvement Claire Wyart INSERM, Institut du cerveau et de la moëlle épinière, Salpêtrière Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 06 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières Illuminer les circuits neuronaux sous-tendant le mouvement Claire Wyart INSERM, Institut du cerveau et de la moëlle épinière, Salpêtrière Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 05 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Les planètes en lumière Anne-Marie Lagrange Institut de planétologie et d'astrophysique de Grenoble Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 05 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Les planètes en lumière Anne-Marie Lagrange Institut de planétologie et d'astrophysique de Grenoble Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 04 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières - Espace, temps et quanta : comment les interrogations sur la lumière ont révolutionné notre vision du monde Serge Haroche Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 04 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières - Espace, temps et quanta : comment les interrogations sur la lumière ont révolutionné notre vision du monde Serge Haroche Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 03 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières - La lumière : un outil pour manipuler les atomes, Claude Cohen-Tannoudji Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 03 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières - La lumière : un outil pour manipuler les atomes, Claude Cohen-Tannoudji Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 02 - Lumière, lumières - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières - Présentation, Jean Dalibard Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 02 - Lumière, lumières

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières - Présentation, Jean Dalibard Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 01 - Lumière, lumières - Introduction par Alain Prochiantz - VIDEO

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières - Introduction par M. Alain Prochiantz, Administrateur du Collège de France Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 01 - Lumière, lumières - Introduction par Alain Prochiantz - PDF

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières - Introduction par M. Alain Prochiantz, Administrateur du Collège de France Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2015 - 01 - Lumière, lumières - Introduction par Alain Prochiantz

Colloque de rentrée 2015 Lumière, lumières - Introduction par M. Alain Prochiantz, Administrateur du Collège de France Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les humains. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du soleil. Très rapidement aussi, les humains ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, révélées en particulier par la pratique de l’astronomie, en proposant des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et aux innombrables applications qui en sont nées. Ainsi, on peut dire que la lumière artificiellement produite ou contrôlée, qu’elle soit visible ou qu'elle soit un rayonnement électromagnétique invisible, est l’une des composantes essentielles d’un grand nombre des technologies d’aujourd’hui. À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en oeuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité. Comité scientifique : Dominique Charpin, Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Serge Haroche, Alain Prochiantz, Clément Sanchez, John Scheid

Colloque 2014 - 17 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres La guerre a bouleversé l'amour Michelle Perrot - Université Paris 7 Diderot L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 16 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Le chef : étude transnationale d'un objet partagé Yves Cohen - EHESS L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 15 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Guerres et construction de l'État : l'exemple de l'éducation Philippe Aghion - Université Harvard L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 14 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Un effet Grande Guerre sur la psychiatrie française ? Isabelle von Buelzingsloewen - Université Lyon 2 Lumière L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 13 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres L'émergence de la psychanalyse : un fait de civilisation ? Roland Gori - Université d'Aix-Marseille L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 12 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Ruptures musicales superficielles et profondes Makis Solomos - Université Paris 8 Vincennes L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 11 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Guerre et cinéma sous la République de Weimar Olivier Agard - Université Paris 4 Sorbonne L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 10 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Picasso, Duchamp, Kandinsky : l'atelier du XXe siècle Roland Recht L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 09 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Les philosophes français face à la guerre : politique, morale, philosophie Claudine Tiercelin L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 08 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Le langage, la logique et la philosophie Jacques Bouveresse L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 07 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Guerre, littérature et démocratie Antoine Compagnon L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 06 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Un tournant dans les rapports entre mathématiques et physique Françoise Balibar - Université Paris 7 Diderot L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 05 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Charles Moureu : du Collège de France aux gaz de combat Marc Fontecave L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 04 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Orientalistes : aventuriers, experts et diplomates Henry Laurens L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 03 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Les conséquences de la guerre pour la vie universitaire en Europe Jürgen von Ungern-Sternberg - Université de Bâle L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 02 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres Berlin après 1918 : une modernité problématique Céline Trautmann-Waller - Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2014 - 01 - Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 2014 Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres L’année 2014 n’est pas finie, mais les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été déjà nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a vingt ou dix ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi. Tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix. Il reste pourtant bien des questions, notamment sur la longue sortie de la guerre. Le colloque ne traitera pas des événements, largement abordés ailleurs, mais des signes avant-coureurs, des bouleversements advenus lors du conflit, de leurs effets à long terme. L’accent portera sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre. Comité scientifique : Antoine Compagnon, Claudine Haroche, Serge Haroche, Henry Laurens, Alain Prochiantz, Claudine Tiercelin

Colloque 2013 : La démocratie et la gestion du long terme

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Pierre Rosanvallon : La cité des sciences, les sciences dans la cité

Colloque 2013 : La cité des sciences, les sciences dans la cité

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Alain Prochiantz : La cité des sciences, les sciences dans la cité

Colloque 2013 : Que peut faire et que fait le journaliste scientifique !?

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Hervé Morin : Que peut faire et que fait le journaliste scientifique !?

Colloque 2013 : Prendre les décisions autrement. Réflexions à partir des conférences de citoyens

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Yves Sintomer : Prendre les décisions autrement. Réflexions à partir des conférences de citoyens

Colloque 2013 : Cinquième session. Science et politique : la question des institutions. Coordination et Introduction

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Pierre Rosanvallon : Cinquième session. Science et politique : la question des institutions. Coordination et Introduction

Colloque 2013 : Discutant : Yves Bréchet

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Discutant : Yves Bréchet

Colloque 2013 : Acteurs économiques, société civile et décision politique

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Dominique Pestre : Acteurs économiques, société civile et décision politique

Colloque 2013 : Les problèmes d’une gestion économique à long terme du problème

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Roger Guesnerie : Les problèmes d’une gestion économique à long terme du problème

Colloque 2013 : Les termes du débat scientifique et le problème de sa réception

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Jean Jouzel et Marc Fontecave : Les termes du débat scientifique et le problème de sa réception

Colloque 2013 : Quatrième session. Débats scientifiques et décisions politiques : le cas du changement climatique. Coordination et Introduction

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Quatrième session. Débats scientifiques et décisions politiques : le cas du changement climatique. Coordination et Introduction Jean Dalibard

Colloque 2013 : Discutant : Olivier Lyon-Caen

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Olivier Lyon-Caen - Discutant Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, Conseiller auprès du Président de la République pour la santé et la recherche médicale

Colloque 2013 : Régénération, cellules souches et médecine régénérative

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Nicole Le Douarin : Régénération, cellules souches et médecine régénérative

Colloque 2013 : Who is Afraid of Research and Innovation? Freedom of Research and Socially Robust Knowledge

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Helga Nowotny : Who is Afraid of Research and Innovation? Freedom of Research and Socially Robust Knowledge

Colloque 2013 : Troisième session. Innovation, liberté de recherche et choix de société : l'exemple

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Troisième session. Innovation, liberté de recherche et choix de société : l'exemple de la médecine régénérative. Coordination et Introduction Alain Prochiantz

Colloque 2013 : Discutant - Monique Castillo

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Discutant de la deuxième session Monique Castillo Philosophe Professeur à l’Université de Paris Est Créteil / Responsable du Séminaire « Éthique, Droit et Politique » / Agrégation de philosophie / Doctorat d’État de philosophie / Diplôme des Sciences politiques de Paris

Colloque 2013 : L’expérience de FACTS Initiative, le rôle des ONG - Philippe Kourilsky

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie L’expérience de FACTS Initiative, le rôle des ONG Philippe Kourilsky Professeur à l’Université Alassane Ouatarra (Côte d’Ivoire)

Colloque 2013 : Vues d’Afrique : sciences, politique et démocratie Francis Akindès

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Vues d’Afrique : sciences, politique et démocratie Francis Akindès Professeur à l’Université Alassane Ouatarra (Côte d’Ivoire)

Colloque 2013 : Savoirs, politique et démocratie tels qu'ils s'animent dans les pays du sud. Coordin

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Savoirs, politique et démocratie tels qu'ils s'animent dans les pays du sud. Coordination et introduction Dominique Kerouedan Professeure invitée au Collège de France, chaire Savoirs contre pauvreté, 2012-2013

Colloque 2013 : Discutant - Jean-Pierre Dupuy

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Discutant de la première session Jean-Pierre Dupuy Philosophe, Professeur à l’Université de Stanford

Colloque 2013 : Interdits médiatiques, scientifiques, politiques… une époque étrange

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Interdits médiatiques, scientifiques, politiques… une époque étrange Anne-Yvonne le Dain Députée et Vice-présidente de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques

Colloque 2013 : La situation comparée des explorations et des exploitations dans le monde

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie La situation comparée des explorations et des exploitations dans le monde Bernard Tardieu Président de la commission énergie de l’Académie des Technologies

Colloque 2013 : Energy and Climate Change Challenges and Opportunities: Dr. Chu Goes to Washington.

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Energy and Climate Change Challenges and Opportunities: Dr. Chu Goes to Washington. Bilan de l’expérience d’un ancien Secrétaire américain à l’Énergie. Steven ChuPrix Nobel de physique, ancien Secrétaire américain à l’Énergie

Colloque 2013 : Science et démocratie

Colloque de rentrée 2013 du Collège de France Science et démocratie Entretien avec Serge Haroche, Administrateur du Collège de France Science et démocratie OGM, gaz de schiste, énergie nucléaire, changement climatique, recherches sur les cellules souches, efficacité des médicaments : longue est la liste des questions à propos desquelles la parole des scientifiques a cessé de s’imposer avec évidence dans nos sociétés. Parce qu’existent certes d’abord des incertitudes et des controverses à l’intérieur même du champ scientifique dans plusieurs domaines. Mais aussi, de façon plus problématique et beaucoup plus large, parce que la notion d’expertise tend de plus en plus à être socialement disqualifiée et à ne plus être appréhendée qu’en étant rapportée au champ indifférencié des opinions. L’indétermination structurelle introduite par des interprétations extensives de la notion de précaution a aussi sa part dans cette situation, puisqu’elle revient à placer toute décision technique dans un régime d’indépassable incertitude. Le fait que l’idée d’autorité est affaiblie dans un monde démocratique qui repose sur le principe de l’obligation de s’expliquer et sur l’égalité des voix joue encore son rôle. Il n’y a aujourd’hui rien de plus urgent que de sortir de cette situation bloquée dans laquelle les certitudes des uns et le relativisme des autres se font face. Il faut d’un côté faire entrer les sciences en démocratie et de l’autre mieux faire connaître les structures et les règles du monde de la science, seule façon de restaurer son image dans l’esprit du public. Le colloque s’attachera à analyser ces problèmes et à clarifier ces enjeux.

Colloque 2012 -08- Le dieu de la 3ème République, La fortune et La Prière, Renan, père fondateur ?

Colloque de rentrée 2012 du Collège de France Hommage à Ernest Renan 11 et 12 octobre 2012 Hommage à Ernest Renan 2012 est le 150ème anniversaire de la célèbre leçon inaugurale de Renan au Collège de France et le 120ème anniversaire de sa mort. Profitant de cette double commémoration, le Collège de France rend hommage à l’un de ses grands noms en reprenant les étapes de sa vie et en examinant son œuvre scientifique et littéraire. À travers sa personnalité, ce sont toutes les grandes interrogations du XIXème siècle qui ressurgissent ainsi que la question toujours actuelle de la place du savant dans la cité.

Colloque 2012 -07- Renan passeur - Pie IX vu par Renan - Succéder à Renan

Colloque de rentrée 2012 du Collège de France Hommage à Ernest Renan 11 et 12 octobre 2012 Hommage à Ernest Renan 2012 est le 150ème anniversaire de la célèbre leçon inaugurale de Renan au Collège de France et le 120ème anniversaire de sa mort. Profitant de cette double commémoration, le Collège de France rend hommage à l’un de ses grands noms en reprenant les étapes de sa vie et en examinant son œuvre scientifique et littéraire. À travers sa personnalité, ce sont toutes les grandes interrogations du XIXème siècle qui ressurgissent ainsi que la question toujours actuelle de la place du savant dans la cité.

Colloque 2012 -06- Renan et l'averroïsme - Renan et le bouddhisme

Colloque de rentrée 2012 du Collège de France Hommage à Ernest Renan 11 et 12 octobre 2012 Hommage à Ernest Renan 2012 est le 150ème anniversaire de la célèbre leçon inaugurale de Renan au Collège de France et le 120ème anniversaire de sa mort. Profitant de cette double commémoration, le Collège de France rend hommage à l’un de ses grands noms en reprenant les étapes de sa vie et en examinant son œuvre scientifique et littéraire. À travers sa personnalité, ce sont toutes les grandes interrogations du XIXème siècle qui ressurgissent ainsi que la question toujours actuelle de la place du savant dans la cité.

Colloque 2012 -05- La raison selon Renan - La science, la métaphysique, la religion...

Colloque de rentrée 2012 du Collège de France Hommage à Ernest Renan 11 et 12 octobre 2012 Hommage à Ernest Renan 2012 est le 150ème anniversaire de la célèbre leçon inaugurale de Renan au Collège de France et le 120ème anniversaire de sa mort. Profitant de cette double commémoration, le Collège de France rend hommage à l’un de ses grands noms en reprenant les étapes de sa vie et en examinant son œuvre scientifique et littéraire. À travers sa personnalité, ce sont toutes les grandes interrogations du XIXème siècle qui ressurgissent ainsi que la question toujours actuelle de la place du savant dans la cité.

Colloque 2012 -04- Renan et l'exégèse historico-critique de la Bible, Renan, l'empire et la religion

Colloque de rentrée 2012 du Collège de France Hommage à Ernest Renan 11 et 12 octobre 2012 Hommage à Ernest Renan 2012 est le 150ème anniversaire de la célèbre leçon inaugurale de Renan au Collège de France et le 120ème anniversaire de sa mort. Profitant de cette double commémoration, le Collège de France rend hommage à l’un de ses grands noms en reprenant les étapes de sa vie et en examinant son œuvre scientifique et littéraire. À travers sa personnalité, ce sont toutes les grandes interrogations du XIXème siècle qui ressurgissent ainsi que la question toujours actuelle de la place du savant dans la cité.

Colloque 2012 -03- Renan, un sémitisant au berceau de l'assyriologie...

Colloque de rentrée 2012 du Collège de France Hommage à Ernest Renan 11 et 12 octobre 2012 Hommage à Ernest Renan 2012 est le 150ème anniversaire de la célèbre leçon inaugurale de Renan au Collège de France et le 120ème anniversaire de sa mort. Profitant de cette double commémoration, le Collège de France rend hommage à l’un de ses grands noms en reprenant les étapes de sa vie et en examinant son œuvre scientifique et littéraire. À travers sa personnalité, ce sont toutes les grandes interrogations du XIXème siècle qui ressurgissent ainsi que la question toujours actuelle de la place du savant dans la cité. 11 OCT. 201209:00 - 09:15 Introduction Serge Haroche 11 OCT. 201209:15 - 10:00 Présentation générale de l’oeuvre de Renan Henry Laurens 11 OCT. 201210:00 - 10:45 Souvenirs d’enfance et de jeunesse : l’éternel séminariste Michel Zink

Colloque 2012 -02- Ernest Renan - Les Renan à Amschit - Renan, Administrateur du Collège de France

Colloque de rentrée 2012 du Collège de France Hommage à Ernest Renan 11 et 12 octobre 2012 Hommage à Ernest Renan 2012 est le 150ème anniversaire de la célèbre leçon inaugurale de Renan au Collège de France et le 120ème anniversaire de sa mort. Profitant de cette double commémoration, le Collège de France rend hommage à l’un de ses grands noms en reprenant les étapes de sa vie et en examinant son œuvre scientifique et littéraire. À travers sa personnalité, ce sont toutes les grandes interrogations du XIXème siècle qui ressurgissent ainsi que la question toujours actuelle de la place du savant dans la cité.

Colloque 2012 -01- Ernest Renan - Intro, présentation générale de l'œuvre, souvenirs d'enfance...

Colloque de rentrée 2012 du Collège de France Hommage à Ernest Renan 11 et 12 octobre 2012 Hommage à Ernest Renan 2012 est le 150ème anniversaire de la célèbre leçon inaugurale de Renan au Collège de France et le 120ème anniversaire de sa mort. Profitant de cette double commémoration, le Collège de France rend hommage à l’un de ses grands noms en reprenant les étapes de sa vie et en examinant son œuvre scientifique et littéraire. À travers sa personnalité, ce sont toutes les grandes interrogations du XIXème siècle qui ressurgissent ainsi que la question toujours actuelle de la place du savant dans la cité.

Colloque 2012 : Hommage à Ernest Renan - Programme général

Colloque de rentrée 2012 du Collège de France Hommage à Ernest Renan 11 et 12 octobre 2012 Hommage à Ernest Renan 2012 est le 150ème anniversaire de la célèbre leçon inaugurale de Renan au Collège de France et le 120ème anniversaire de sa mort. Profitant de cette double commémoration, le Collège de France rend hommage à l’un de ses grands noms en reprenant les étapes de sa vie et en examinant son œuvre scientifique et littéraire. À travers sa personnalité, ce sont toutes les grandes interrogations du XIXème siècle qui ressurgissent ainsi que la question toujours actuelle de la place du savant dans la cité. 11 OCT. 201209:00 - 09:15 Introduction Serge Haroche 11 OCT. 201209:15 - 10:00 Présentation générale de l’oeuvre de Renan Henry Laurens 11 OCT. 201210:00 - 10:45 Souvenirs d’enfance et de jeunesse : l’éternel séminariste Michel Zink 11 OCT. 201211:00 - 11:45 Les Renan à Amschit Tobie Zakia 11 OCT. 201211:45 - 12:30 Renan, Administrateur du Collège de France Céline Surprenant 11 OCT. 201213:30 - 14:15 Renan, un sémitisant au berceau de l’assyriologie Dominique Charpin 11 OCT. 201214:15 - 15:00 Cette mission qui m’a mis durant une année dans le contact le plus intime avec l’Antiquité » : Ernest Renan et la « découverte » de la Phénicie Corinne Bonnet 11 OCT. 201215:00 - 15:45 Le recours à l’épigraphie dans l’Histoire des origines du christianisme : un souci de renouvellement ou une coquetterie d’érudit ? Denis Knoepfler 11 OCT. 201216:00 - 16:45 Renan et l’exégèse historico-critique de la Bible Thomas Römer 11 OCT. 201217:30 - 18:30 Renan, l’empire et la religion des Romains John Scheid 12 OCT. 201209:00 - 09:45 La raison selon Renan Claudine Tiercelin 12 OCT. 201209:45 - 10:30 La science, la métaphysique, la religion et la question de leur avenir Jacques Bouveresse 12 OCT. 201210:45 - 11:30 Renan et l’averroïsme Alain de Libera 12 OCT. 201211:30 - 12:15 Renan et le bouddhisme Jean-Noël Robert 12 OCT. 201213:15 - 14:00 Renan passeur : de la science des religions à l’histoire des religions Perrine Nahum 12 OCT. 201214:00 - 14:45 Pie IX vu par Renan Jean Balcou 12 OCT. 201214:45 - 15:30 Succéder à Renan : Salomon Munk et Philippe Berger Dominique Bourel 12 OCT. 201215:45 - 16:30 Le dieu de la Troisième République Antoine Compagnon 12 OCT. 201216:30 - 17:15 La fortune de La Prière sur l'Acropole Sophie Basch 12 OCT. 201217:15 - 18:30 Renan, père fondateur de la République ? Pierre Rosanvallon

Colloque 2011 (11) : Formes anatomiques et fonctions physiologiques de Claude Bernard à aujourd'hui

Colloque de rentrée 2011 du Collège de France La vie des formes Claude Debru, École normale supérieure Formes anatomiques et fonctions physiologiques de Claude Bernard à aujourd'hui Ce colloque sera consacré à la notion de Forme dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l'atome et l'origine de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats seront prétexte à un ré-examen de la question de « l'Intelligent design », des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux de notre regretté collègue André Chastel dans « Fables, Formes, Figures ».

Colloque 2011 (10) : Le vivant et la mathématisation du monde

Colloque de rentrée 2011 du Collège de France La vie des formes Alain Prochiantz, Collège de France Le vivant et la mathématisation du monde Ce colloque sera consacré à la notion de Forme dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l'atome et l'origine de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats seront prétexte à un ré-examen de la question de « l'Intelligent design », des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux de notre regretté collègue André Chastel dans « Fables, Formes, Figures ».

Colloque 2011 (09) : La génétique et les architectures du vivant

Colloque de rentrée 2011 du Collège de France La vie des formes Denis Duboule, Université de Genève La génétique et les architectures du vivant Ce colloque sera consacré à la notion de Forme dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l'atome et l'origine de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats seront prétexte à un ré-examen de la question de « l'Intelligent design », des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux de notre regretté collègue André Chastel dans « Fables, Formes, Figures ».

Colloque 2011 (08) : Une histoire paléontologique des formes vivantes : les premiers vertébrés tels

Colloque de rentrée 2011 du Collège de France La vie des formes Philippe Janvier, Muséum national d'histoire naturelle Une histoire paléontologique des formes vivantes : les premiers vertébrés tels qu'on les imagine Ce colloque sera consacré à la notion de Forme dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l'atome et l'origine de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats seront prétexte à un ré-examen de la question de « l'Intelligent design », des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux de notre regretté collègue André Chastel dans « Fables, Formes, Figures ».

Colloque 2011 (07) : Les premières formes de la vie

Colloque de rentrée 2011 du Collège de France La vie des formes Jacques Reisse, Université libre de Bruxelles Les premières formes de la vie Ce colloque sera consacré à la notion de Forme dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l'atome et l'origine de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats seront prétexte à un ré-examen de la question de « l'Intelligent design », des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux de notre regretté collègue André Chastel dans « Fables, Formes, Figures ».

Colloque 2011 (06) : Formes dans l'Univers et forme de l'Univers

Colloque de rentrée 2011 du Collège de France La vie des formes Jean-Claude Pecker, Collège de France Formes dans l'?Univers et forme de l'?Univers Ce colloque sera consacré à la notion de Forme dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l'atome et l'origine de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats seront prétexte à un ré-examen de la question de « l'Intelligent design », des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux de notre regretté collègue André Chastel dans « Fables, Formes, Figures ».

Colloque 2011 (05) : La matière sous toutes ses formes

Colloque de rentrée 2011 du Collège de France La vie des formes Pierre Fayet, École normale supérieure La matière sous toutes ses formes Ce colloque sera consacré à la notion de Forme dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l'atome et l'origine de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats seront prétexte à un ré-examen de la question de « l'Intelligent design », des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux de notre regretté collègue André Chastel dans « Fables, Formes, Figures ».

Colloque 2011 (03) : Dualité entre formes et spectres

Colloque de rentrée 2011 du Collège de France La vie des formes Alain Connes, Collège de France Dualité entre formes et spectres Ce colloque sera consacré à la notion de Forme dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l'atome et l'origine de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats seront prétexte à un ré-examen de la question de « l'Intelligent design », des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux de notre regretté collègue André Chastel dans « Fables, Formes, Figures ».

Colloque 2011 (02) : La forme chez Platon & Aristote

Colloque de rentrée 2011 du Collège de France La vie des formes Anne Fagot-Largeault La forme chez Platon & Aristote Ce colloque sera consacré à la notion de Forme dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l'atome et l'origine de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats seront prétexte à un ré-examen de la question de « l'Intelligent design », des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux de notre regretté collègue André Chastel dans « Fables, Formes, Figures ».

Colloque 2011 (01) : La vie des formes

Colloque de rentrée 2011 du Collège de France La vie des formes Ouverture par Pierre Corvol, administrateur du Collège de France Introduction par Jean-Pierre Changeux, Collège de France Ce colloque sera consacré à la notion de Forme dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l'atome et l'origine de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats seront prétexte à un ré-examen de la question de « l'Intelligent design », des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux de notre regretté collègue André Chastel dans « Fables, Formes, Figures ».

26 - Discutant (Petites et grandes fraudes scientifiques : le poids de la compétition)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Alain Prochiantz - Discutant (Petites et grandes fraudes scientifiques : le poids de la compétition) 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

25 - Petites et grandes fraudes scientifiques : le poids de la compétition

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Anne Fagot-Largeault - Petites et grandes fraudes scientifiques : le poids de la compétition 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

24 - Discutant (la recherche médicale et pharmaceutique)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Pierre Corvol - Discutant (la recherche médicale et pharmaceutique) 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

23 - Changements d'échelle et mutualisation mondiale des moyens en biologie

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Philippe Kourilsky - Changements d'échelle et mutualisation mondiale des moyens en biologie 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

22 - Discutant : (la géodynamique)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Xavier Le Pichon - Discutant : (la géodynamique) 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

21 - La mutualisation des savoirs à l'échelle mondiale

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Gabriele Veneziano - La mutualisation des savoirs à l'échelle mondiale 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

20 - Discutant (L'exemple du Maghreb)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Jacques Livage - Discutant (L'exemple du Maghreb) 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

19 - L'essor de la recherche dans les pays dits émergents et la coopération internationale (Inde)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Marc Fontecave - L'essor de la recherche dans les pays dits émergents et la coopération internationale (l'exemple de l'Inde) 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

18 - Discutant (L'estimation de la productivité scientifique à partir des bases de données)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Serge Haroche - Discutant (L'estimation de la productivité scientifique à partir des bases de données) 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

17 - L'estimation de la productivité scientifique à partir des bases de données

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Jacques Mairesse - L'estimation de la productivité scientifique à partir des bases de données 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

16 - Discutant (Bibliothèques de recherche et information scientifique. Permanences et métamorphoses

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Roger Chartier - Bibliothèques de recherche et information scientifique. Permanences et métamorphoses 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

15 - Bibliothèques de recherche et information scientifique. Permanences et métamorphoses

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Daniel Renoult - Bibliothèques de recherche et information scientifique. Permanences et métamorphoses 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

14 - Discutant (Restructuration des quartiers, construction des villes nouvelles)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Michel Lussault - Discutant (Restructuration des "quartiers", construction des villes nouvelles) 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

13 - Restructuration des "quartiers", construction des villes nouvelles

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Roland Castro - Restructuration des "quartiers", construction des villes nouvelles 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

12 - Discutant (Nouveaux outils, nouvelles controverses en démographie)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Brigitte Dormont - Discutant (Nouveaux outils, nouvelles controverses en démographie) 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

11 - Nouveaux outils, nouvelles controverses en démographie

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Hervé Le Bras - Nouveaux outils, nouvelles controverses en démographie 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

10 - Discutant (Nouveaux moyens, nouveaux financements, nouvelles problématiques en archéologie)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Michel Gras - Discutant (Nouveaux moyens, nouveaux financements, nouvelles problématiques en archéologie) 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

09 - Nouveaux moyens, nouveaux financements, nouvelles problématiques en archéologie

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Jean-Paul Demoule - Nouveaux moyens, nouveaux financements, nouvelles problématiques en archéologie 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

08 - Discutant (Les moyens lourds des sciences cognitives et leurs résultats)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Claudine Tiercelin - Discutant (Les moyens lourds des sciences cognitives et leurs résultats) 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

07 - Les moyens lourds des sciences cognitives et leurs résultats

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Denis Le Bihan - Les moyens lourds des sciences cognitives et leurs résultats 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

06 - Discutant (Recherche académique et industrie biotechnologique)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Pierre Joliot - Discutant 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

05 - Recherche académique et industrie biotechnologique

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Jean-Paul Clozel - Recherche académique et industrie biotechnologique 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

04 - Discutant (L'explosion bioinformatique)

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Jean-Louis Mandel : Discutant (L'explosion bioinformatique) 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

02 - Introduction

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Gérard Fussman : Introduction 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

01 - Ouverture

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations Ouverture 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

Colloque 2010 : La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations

Colloque de rentrée 2010 du Collège de France La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations 14 et 15 octobre 2010 Comité scientifique : Gérard Fussman Antoine Compagnon Philippe Descola Philippe Kourilsky Professeurs au Collège de France Colloque financé par la Fondation Hugot du Collège de France

Colloque 2009 : Le sacre de l'espèce humaine - Darwin en littérature

Colloque de rentrée 2009 du Collège de France Darwin a deux cents ans Sous la présidence de Françoise Héritier, Collège de France Philippe Descamps, Université Paris IV Sorbonne Le sacre de l'espèce humaine Antoine Compagnon, Collège de France Darwin en littérature

Colloque 2009 : Les transformations morphologiques - Why Does Nature Have Moral Authority

Colloque de rentrée 2009 du Collège de France Darwin a deux cents ans Sous la présidence de Françoise Héritier, Collège de France Catherine Malabou, Université Paris X et Buffalo University Les transformations morphologiques : programme, promesse, ou au-delà ? Lorraine Daston, Max Planck Institute, Berlin Why Does Nature Have Moral Authority - Even If It Shouldn't Allan Young, McGill University The Traumatic Evolutionary History of Human Nature and Sub-Cortical Brain

Colloque 2009 : Computing with Neural Ensembles - Comment penser le post-humain

Colloque de rentrée 2009 du Collège de France Darwin a deux cents ans Sous la présidence de Françoise Héritier, Collège de France Miguel Nicolelis, Duke University Computing with Neural Ensembles Jean-Michel Besnier, École polytechnique Comment penser le post-humain

Colloque 2009 : Les origines des facultés mentales et morales chez Darwin et Wallace - Hominisation

Colloque de rentrée 2009 du Collège de France Darwin a deux cents ans Sous la présidence de Françoise Héritier, Collège de France Jean Gayon, Université Paris I Panthéon-Sorbonne Les origines des facultés mentales et morales chez Darwin et Wallace Mireille Delmas-Marty, Collège de France Hominisation et humanisation

Colloque 2009 : Quand le recyclage neuronal prolonge l'hominisation - Hominidés, Nouveaux paradigmes

Colloque de rentrée 2009 du Collège de France Darwin a deux cents ans Sous la présidence de Jacques Reisse, Université libre de Bruxelles Stanislas Dehaene, Collège de France Quand le recyclage neuronal prolonge l'hominisation Michel Brunet, Collège de France Hominidés... Nouveaux paradigmes d'une origine africaine

Colloque 2009 : Haeckel et l'évolution - L'épigénétique au travers des générations - Génétique

Colloque de rentrée 2009 du Collège de France Darwin a deux cents ans Sous la présidence de Jacques Reisse, Université libre de Bruxelles Chris Bowler, École normale supérieure Haeckel et l'évolution, le point de vue des diatomées Vincent Colot, École normale supérieure L'épigénétique au travers des générations : simple bizarrerie ou moteur de l'adaptation ? Luis Quintana-Murci, Institut Pasteur et CNRS Génétique, histoire de l'homme et sélection naturelle

Colloque 2009 : L'évolutionnisme comme science historique - Théorie synthétique et saltationisme

Colloque de rentrée 2009 du Collège de France Darwin a deux cents ans Sous la présidence de Jacques Reisse, Université libre de Bruxelles Anne Fagot-Largeault, Collège de France L'évolutionnisme comme science historique Isabelle Olivieri, Université Montpellier II, Institut universitaire de France Théorie synthétique et saltationisme

Colloque 2009 : Darwin a deux cents ans : Programme (PDF)

Colloque de rentrée 2009 du Collège de France Darwin a deux cents ans : Programme (PDF) Sous la présidence de Jacques Reisse, Université libre de Bruxelles Sous la présidence de Françoise Héritier, Collège de France Colloque de rentrée du Collège de France Darwin a deux cents ans 15 et 16 octobre 2009 Amphithéâtre Marguerite de Navarre 11 place Marcelin-Berthelot - 75005 Paris - Tél. : 01 44 27 11 47 www.college-de-france.fr Entrée libre, sans inscription dans la limite des places disponibles