04 76 50 38 38

VOS DROITS
Informations officielles

 

Une aide exceptionnelle d'urgence de l'Agirc-Arrco aux salariés

Crédits : © Alliance - stock.adobe.com

Personne avec son téléphone portable, ordinateur, calculette, masque et gel hydroalcolique

Salarié ou dirigeant salarié du secteur privé, vous connaissez des difficultés d'ordre financier du fait de la crise sanitaire ? Vous pouvez demander une aide exceptionnelle à votre caisse de retraite complémentaire. L'Agirc-Arrco a en effet créé une aide exceptionnelle pour les salariés cotisants et les dirigeants salariés du secteur privé en situation difficile. Son montant peut atteindre 1 500 € selon la situation du demandeur.

Cette aide est versée en une fois et peut atteindre 1 500 € en fonction de la situation du demandeur.

Pour en bénéficier, le salarié ou dirigeant salarié doit d'abord contacter sa caisse de retraite complémentaire .

Le dossier comprend :

  • un formulaire de demande d'intervention sociale simplifiée ;
  • une déclaration sur l'honneur qui précise sa situation et décrit les difficultés financières rencontrées ;
  • les trois derniers bulletins de salaire ou revenus, dont au moins l'un présente une baisse de rémunération.

Après analyse du dossier par une commission et acceptation, le versement de l'aide est effectué en une fois dans un délai d'un mois maximum.

Les salariés doivent en faire la demande avant la fin juillet. Cette échéance sera éventuellement repoussée après évaluation de l'utilisation du dispositif.

Let's block ads! (Why?)

+ d'infos

 

Éthylotests : ce qui change à partir du 22 mai

Crédits : © Richard Villalon - stock.adobe.com

Personne utilisant un éthylotest

S'il n'est plus obligatoire de disposer d'un éthylotest jetable dans sa voiture, les établissements de nuit doivent désormais en fournir à leur clientèle sous peine d'une contravention plus élevée qu'auparavant. L'éthylotest antidémarrage s'affirme comme alternative à la suspension de permis. C'est ce que prévoit un décret publié au Journal Officiel du 21 mai 2020.

À l'occasion du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR), du 9 janvier 2018, le Premier ministre annonçait plusieurs mesures pour faire baisser la mortalité sur les routes. Le 22 mai 2020, plusieurs d'entre elles entrent en vigueur avec le décret n°2020-605.

  • Fin de l'obligation d'être en possession d'un éthylotest jetable dans sa voiture.
  • Renforcement de l'obligation des établissements de nuit à en fournir : depuis 2011, chaque discothèque ou bar de nuit doit mettre à la disposition de sa clientèle des éthylotests chimiques ou électroniques. Désormais, la contravention pour non-respect de cette obligation passe en quatrième classe et vaut une amende forfaitaire de 135 €.
  • Éthylotest antidémarrage comme alternative à la suspension de permis : la durée maximale d'obligation de ne conduire qu'un véhicule équipé d'un éthylotest antidémarrage (EAD) lorsque cette mesure est prononcée comme alternative à la suspension du permis de conduire passe de 6 mois à 1 an.

  Rappel : depuis début 2020, les conducteurs en récidive d'infraction de conduite en état alcoolique ne peuvent plus conduire qu'un véhicule équipé d'un éthylotest anti-démarrage (EAD), en complément d'un suivi médico-psychologique.

Let's block ads! (Why?)

+ d'infos

 

Tests de dépistage du Covid-19 : une prise en charge à 100 %

Crédits : © Robert Kneschke – stock.adobe.com

Test de détection du Covid-19 de type RT-PCR (prélèvement nasal)

Test sérologique ou de type RT-PCR, qui peut se faire dépister et où ? Quelle est la prise en charge ? Comment sont transmis les résultats ? Alors que la réalisation systématique de tests de dépistage dès que c'est nécessaire est indispensable à la lutte contre la propagation du virus, vous vous posez des questions. Service-public y répond.

Qui peut se faire dépister ?

Les tests sérologiques ou de type RT-PCR (prélèvement nasal) sont prioritairement réservés aux personnes présentant un risque de contamination élevé :

  • celles qui présentent des symptômes du Covid-19 confirmés par un avis médical ;
  • celles qui sont identifiées comme ayant été en contact avec une personne contaminée ;
  • les résidents des structures d'hébergement collectif (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), établissements pénitentiaires...) et les personnels exerçant dans ces structures en cas de cas confirmés dans la structure.

Quelles sont les démarches à effectuer pour faire un test ?

  • Si vous présentez des symptômes du Covid-19 :
    une prescription médicale est obligatoire pour faire le test. Vous devez rapidement consulter votre médecin traitant. Si vous n'avez pas de médecin traitant, vous pouvez appeler le 0 800 130 000 (service et appel gratuits) pour être orienté vers un médecin généraliste.
    La consultation se déroule de préférence en téléconsultation.
    Si la suspicion d'infection est confirmée, le médecin vous remettra une prescription médicale pour réaliser un test de dépistage.
  • Si vous êtes identifié comme « cas contact » d'une personne contaminée (avec ou sans symptômes) :
    une fois informé de votre situation de « cas contact » par votre médecin traitant, par les services de l'Assurance maladie ou par l'Agence régionale de santé (ARS), vous devez prendre un rendez-vous dans un lieu de dépistage pratiquant le test. Il pourra vous être indiqué par votre médecin ou les équipes de l'Assurance maladie. La liste des laboratoires concernés est également disponible sur le site sante.fr .

Vous devrez ensuite vous présenter, sur rendez-vous et dans le respect des gestes barrières, au laboratoire avec :

  • une prescription médicale (sauf si vous êtes directement adressé au laboratoire par l'Assurance maladie ;
  • une carte Vitale ou une attestation de sécurité sociale ;
  • une pièce d'identité.

À partir du 28 mai 2020, ces tests sont pris en charge à 100 % par l'Assurance maladie.

En effet, un décret du 27 mai 2020 prévoit la prise en charge intégrale des tests, des actes et des prestations effectués dans les centres ambulatoires dédiés au Covid-19 jusqu'à six mois après la fin de l'état d'urgence sanitaire . Il en est de même pour la consultation réalisée suite au dépistage positif de l'assuré infecté, de la consultation de « contact tracing » ainsi que du test sérologique de recherche des anticorps au virus SARS-CoV-2.

  Attention : 

  • si le « cas contact » vit dans le même foyer que la personne contaminée, le test doit être réalisé dans un délai de 24 heures ;
  • si le « cas contact » ne vit pas avec la personne contaminée et qu'il ne présente pas de symptômes, le test doit être réalisé dans un délai de 7 jours après le dernier contact avec cette personne. En cas d'apparition de symptômes, le dépistage doit être réalisé sous 24 heures.

Dans les deux cas, le test est réalisé sans prescription médicale. Il suffit de présenter un document d'identité qui permet au laboratoire d'analyse de retrouver votre nom dans le répertoire de « cas contacts » transmis par les services de l'Assurance maladie.

Comment sont transmis les résultats ?

Ils sont transmis au patient et à son médecin soit :

  • par le laboratoire selon les modalités habituelles (plateforme numérique du laboratoire, téléphone, etc.) ;
  • par l'outil numérique Système d'information national de suivi du dépistage Covid-19 (SI-DEP) qui permet de suivre des patients diagnostiqués positifs et leurs contacts afin de lutter contre la propagation de l'épidémie. Il réunit automatiquement l'ensemble des tests réalisés par les laboratoires d'analyse. Il vous sera présenté par le laboratoire.

En cas de résultat négatif, il convient de continuer à observer rigoureusement les gestes barrières car vous restez exposé à un risque de contamination ultérieure. En effet, le test ne donne aucune information sur une éventuelle immunité du patient face au virus.

En cas de résultat positif , la prise en charge et la conduite à tenir vous seront expliquées. Le dispositif Contact Covid prendra ensuite le relais.

Let's block ads! (Why?)

+ d'infos