04 76 50 38 38

Rassemblement Citoyens Ecologistes et Solidaires
ADES

Procès de Gap : solidarité avec Pierre et Kévin

Le 8 novembre dernier, les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire étaient présents au procès des 7 de Briançon. Ces solidaires avaient manifesté pour la défense des droits de l’homme, pour dénoncer la criminalisation de la fraternité. Le jugement en première instance est sévère et révoltant, des peines de prison ferme ont même été prononcées. Les solidaires font appel et nous les soutenons dans cette démarche.

Demain, ce sont Pierre et Kévin, deux maraudeurs, qui passeront à leur tour devant le tribunal de Gap. Myriam Laïdouni Denis, élue RCES sera présente à l’audience, aux côtés des associations pour les soutenir, écouter les débats, témoigner de la façon dont la justice s’exerce dans un contexte bien particulier.

Elle précise : « La criminalisation de la fraternité ne cesse de s’accroitre alors que l’Europe et ses Etats membres refusent au bateau Sea Watch qui transporte des migrants dont des femmes et des enfants d’accoster, alors que ses accords avec la Lybie la rendent complice de non-assistance à personne en danger, voire pire. Citoyens solidaires, associations, ONG sont sur la sellette, cherchez l’erreur…Quid de l’Europe, de nos Etats, quand seront-ils jugés pour leur responsabilité dans la mort de milliers de personnes ? »

Let's block ads! (Why?)


La Région Auvergne Rhône Alpes balaie d’un revers de main un appel à la paix

Aujourd’hui, les conseillers régionaux devaient se prononcer sur le rapport « Soutien aux chrétiens d’Orient et aux autres minorités victimes de violences ethniques religieuses et sexuelles au Proche et Moyen Orient ». L’actualité nous rattrape. Il semblerait qu’à l’heure actuelle, des militaires turcs, rejoints par des milliers de combattants de l’Armée libre syrienne alignée sur Ankara, se massent à la frontière, prêts à attaquer l’Est de la Syrie, les unités de protection du peuple (YPG, YPJ), les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), ainsi que les populations civiles. C’est dans ce contexte de grave menace que Donald Trump vient d’annoncer le retrait des forces armées états-uniennes de Syrie, alors que les villages de Soussa et Al-Chaafa sont toujours sous contrôle de Daech, ainsi que des poches désertiques à proximité de la frontière irakienne où 2000 djihadistes seraient retranchés, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Cette situation, a poussé Corinne Morel Darleux, élue RCES à proposer une déclaration officielle que la Région aurait pu reprendre à son compte tant le moment était solennel.

Il s’agissait de :  

  • Affirmer que la lutte contre Daesh n’est pas terminée.
  • Condamner la décision de Donald Trump de retirer les troupes américaines de Syrie.
  • Condamner les menaces du Président Turc Edorgan de déclencher une nouvelle opération militaire en Syrie contre les FDS et les populations kurdes.

 Cette proposition, a été balayée d’un revers de main du Vice-Président Meunier (Laurent Wauquiez étant absent de la salle) : « Trump est Président des Etats-Unis, il fait ce qu’il veut. Emmanuel Macron a annoncé qu’il laissait ses troupes. Nous n’avons plus qu’à travailler avec la Russie pour lutter contre Daesh. »

Cette réponse n’est pas à la hauteur. Cela a été reconnu par nos collègues socialistes et communistes. Corinne Morel Darleux réagit : « L’heure est grave. La Région serait sortie grandie du débat si elle avait adopté cette déclaration. Le peuple kurde est gravement menacé. On ne peut pas au printemps aller visiter des camps de réfugiés puis ne pas réagir à un potentiel génocide. »

Let's block ads! (Why?)


Laurent Wauquiez ajoute une barbe blanche à sa parka rouge et offre à nouveau 3 millions d’€ aux chasseurs pour Noël

Lors de l’assemblée plénière du 19 décembre prochain, les élus régionaux auront à se prononcer sur une nouvelle convention triennale entre la Région et la fédération régionale des chasseurs. C’est à nouveau la somme de plus de 3 millions d’€ qui sera versée aux chasseurs d’Auvergne Rhône Alpes.

Cette nouvelle convention est justifiée par un bilan jugé « positif » de la précédente. Les élus régionaux du Rassemblement citoyen écologiste et solidaire ne sont pas convaincus par ce bilan. L’amélioration de la connaissance des espèces, les études faunistiques, l’amélioration des milieux naturels ne sont pas au niveau. La protection de la biodiversité confiée aux chasseurs génère toujours huit fois plus de sangliers tués qu’il y a 30 ans et des dommages aux agriculteurs qui s’élèvent à près de 50 M€ au plan national.

Il est difficile, en lisant cette nouvelle convention, d’oublier les différents accidents de chasse survenus récemment dans la région et notamment la mort d’un cycliste en Haute-Savoie. Difficile également d’oublier le trafic de sangliers démantelé en Haute Loire en 2017 : un élevage clandestin de bêtes pour constituer des « proies faciles ».  On est bien loin de la protection de l’environnement.

Mais finalement, la protection de l’environnement n’est peut-être pas l’objectif de cette convention. Fabienne Grebert, élue régionale RCES et membre de la commission environnement avait déjà dénoncé des subventions à des locaux de chasse tout neufs. La nouvelle convention enfonce le clou et propose de créer une véritable filière de commercialisation des venaisons sous le Label « La Région du Goût ».   Malgré la perte de 60% de la biodiversité terrestre, nous sommes dans une logique d’exploitation des espèces de faune sauvage, génératrices de recettes supplémentaires pour les chasseurs.

Elle réagit à ce nouveau projet de convention : « On est là au paroxysme du clientélisme. Nous avions dénoncé avec force la première convention de 3 millions d’€ mais au moins celle-ci mettait en avant des objectifs de protection de la nature. Dans cette seconde, on note avec effroi que 600 000 € vont être consacrés au traitement de la venaison. On risque fort d’alimenter, d’avantage encore, l’élevage dans des conditions ignobles de millions de faisans et perdreaux pour alimenter la filière. La Région va cautionner des pratiques de braconnage viandard qui n’ont plus de rapport avec l’environnement.  L’argent public va servir à financer des couteaux, des tabliers, des frigos et des tables d’équarrissage pour traiter les carcasses. Où est l’intérêt général ? Alors que 79% des français sont favorables à l’interdiction de la chasse le dimanche, Laurent Wauquiez ferait mieux d’ouvrir les yeux plutôt que de faire des cadeaux à ses potentiels électeurs. »

Let's block ads! (Why?)