04 76 50 38 38

Rassemblement Citoyens Ecologistes et Solidaires
ADES

Les effets désastreux des économies de Laurent Wauquiez en matière de formation

La formation professionnelle est l’une des principales compétences des régions avec les transports et les lycées. C’est une compétence essentielle dont dépendent beaucoup de chômeurs de notre région : ces hommes et ces femmes qui cherchent leur voie, sont en reconversion, veulent se spécialiser… Pourtant, et ce depuis le début de son mandat, Laurent Wauquiez s’en désintéresse. D’année en année, les budgets votés pour la formation sont en baisse, et les sommes votées ne sont pas intégralement dépensées.

Ainsi, c’est 125 millions d’€ de baisses cumulées qu’a connu le secteur de la formation professionnelle depuis le début du mandat. Mais ces baisses ont des effets. Des effets désastreux.

Aujourd’hui, l’AFPA, agence pour la formation des adultes, en fait les frais. Pourtant l’AFPA comme d’autres organismes de formation ont tout fait pour s’adapter aux exigences du nouvel exécutif. Cela n’a pas suffi. La politique de la Région, corrélée à celle du Gouvernement entraîne 205 suppressions de CDI dans les différents centres de la Région. Et pire encore, 5 centres sont condamnés à la fermeture : Rillieux-la-Pape, Aurillac, le Puy en Velay, le Teil et Roanne.

Fatima Parret, élue régionale du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire réagit : « Cette situation n’est pas normale et me met en colère. L’Etat n’est pas à la hauteur, et la Région l’est encore moins. On compte plus de 700 000 chômeurs en Auvergne Rhône Alpes. Le taux de retour à l’emploi pour les adultes qui suivent des formations à l’AFPA est de 70%. Couper les vivres de ces organismes, c’est laisser des milliers d’hommes et de femmes sur le carreau. On ne peut pas faire des économies sur la formation. Ça rime à quoi ? Grâce à ces économies, Laurent Wauquiez finance des campagnes de publicité partout dans la région ? On croit rêver ! »

Monique Cosson, présidente du groupe RCES complète : « Ce sont des formations essentielles qui ferment aujourd’hui. Plus de formation informatique à Grenoble, plus de formation logistique à Saint-Etienne, plus de maçonnerie ou de formation bois à Saint Priest. Pourtant, les débouchés existent et ils existeront encore demain. Ce qui se passe est un grand gâchis. »

Let's block ads! (Why?)


Gare d’Allan : après le désengagement de l’Etat, les collectivités locales doivent revenir à la raison

Nous avons appris la semaine dernière par la voix d’Elisabeth Borne que le projet de gare d’Allan n’était pas prioritaire pour le Gouvernement et que l’Etat ne participerait pas au financement de cette gare. Ce n’est pas une grande surprise mais cela reste une bonne nouvelle. Et notamment, nouvelle opportunité de se réinterroger sur ce projet.

Les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire n’ont jamais été en faveur du projet.

Florence Cerbaï, élue ardéchoise réagit : « Il faut que ce retrait de l’Etat entraîne celui des autres collectivités et qu’on en finisse avec ce serpent de mer qu’est la gare d’Allan. On nous dit que cette gare servira au désenclavement de l’Ardèche mais en réalité, sa réalisation se fera au détriment d’autres gares et notamment celle de Montélimar qui relie actuellement bon nombre d’ardéchois avec le reste du territoire. Ce projet consommateur de terres agricoles et d’argent public est un projet du siècle dernier : Il ne sert pas le territoire et ses habitants, mais ceux qui font du business sur l’artificialisation des terres ! »

Corinne Morel Darleux, élue drômoise complète : « La gare d’Allan correspond à un modèle complètement hors-sol. On ne construit pas une gare au milieu d’un champ de lavandes. Il faut renforcer les gares de centre villes qui sont connectées avec les autres modes de transport collectifs. Il suffit de regarder le désastre de la gare de la Mogère près de Montpellier pour comprendre que ce n’est pas une bonne idée. De plus, cette gare serait immanquablement un fardeau financier pour le contribuable tandis qu’elle enrichirait mécaniquement un concessionnaire privé. »

Pour les élues RCES, les autres collectivités doivent revenir à la raison et abandonner ce projet. Elles continueront à mener la bataille au sein du conseil régional.

Let's block ads! (Why?)


Abandon de l’A45 : enfin un retour à la raison !

Selon les parlementaires de la Région, la ministre des transports, Elisabeth Borne, aurait tranché ce matin : l’A45 c’est fini.

Ce projet vieux de dizaines d’années serait enfin enterré. Le tronçon autoroutier entre Brignais et la Fouillouse ne verra pas le jour et c’est une bonne nouvelle.

Les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire sont opposés depuis plus de 25 ans à ce projet inutile puisque doublant une autoroute existante, vecteur de pollution et destructeur de terres agricoles et d’espaces naturels.

L’heure est désormais aux alternatives car la liaison entre Saint Etienne et Lyon est un réel sujet pour les habitants de notre région et en particulier de la vallée du Gier.

Jean-Charles Kohlhaas, élu régional du Rhône, membre de la commission transports réagit : « Nous saluons ce retour à la raison. La mobilisation des nombreuses associations et des paysans a payé. Désormais, il faut travailler aux alternatives. Il faut requalifier l’A47, mais surtout, à l’heure du défi climatique, mettre le paquet sur les transports collectifs. Nous prônons une liaison ferroviaire renforcée entre Lyon et Saint Etienne, un véritable RER. La Région et la SNCF peuvent le faire. Seront-elles à la hauteur des enjeux ? Le transport par câble est également une solution de rabattement à ne pas négliger. Nous allons porter toutes ces solutions au sein du conseil régional. »

La semaine dernière, le président de Région Laurent Wauquiez disait publiquement que la Ministre ne s’était engagée sur rien. Manifestement, le dialogue passe mal entre Laurent Wauquiez et le Gouvernement. Il semble que les 400 million d’€ de l’Etat soient maintenus pour les alternatives. Ces alternatives doivent répondre aux défis du 21ème siècle comme le dérèglement climatique et l’agriculture locale. Mais l’horloge de Laurent Wauquiez est restée bloquée sur les années Pompidou…

Let's block ads! (Why?)