04 76 50 38 38

Rassemblement Citoyens Ecologistes et Solidaires
ADES

Journée mondiale de la biodiversité : un espoir pour les Chambaran ?

Grâce à la ténacité des associations, la saga juridique autour du projet de Center Parcs à Roybon continue. Les élu-es régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire saluent et remercient ces associations pour l’énergie qu’elles mettent dans cette bataille au service de la zone des Chambaran mais aussi de manière générale au service du droit à l’environnement.

Hier, la cour d’appel administrative de Lyon a rendu son jugement et a demandé à ce qu’il soit procédé à une expertise afin de « caractériser puis redéfinir la superficie des zones humides en vue de la révision des mesures compensatoires ». Elle a ainsi rejeté les arguments du promoteur Pierre&Vacances.

Le groupe des élu-es RCES considèrent cette décision comme un succès encourageant pour la suite. Ils ont toujours combattu ce projet de Center Parcs en pleine zone humide et ont interpellé encore récemment à ce sujet le ministre François De Rugy… sans même recevoir un accusé de réception.

Myriam Laïdouni Denis, élue RCES de la Bièvre et présente aux côtés des associations lors de l’audience au tribunal réagit : « Cette décision représente une avancée pour la sauvegarde de nos ressources vitales dont l’eau. En effet, cette expertise indépendante sera réalisée par un collège d’experts (hydrogéologue, géomètre et botaniste) et devra prendre en compte les nouvelles dispositions juridiques de 2016 (loi biodiversité et schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux) qui abordent l’évaluation de la dégradation de l’environnement sous un angle systémique. Ainsi, l’expertise concernera également les zones humides impactées indirectement par le projet. Chaque zone humide détruite sur notre planète, est une atteinte de plus au pronostic vital de notre humanité, en cette journée mondiale de la biodiversité, cette décision est l’occasion de rappeler qu’à Roybon ou ailleurs, la protection des zones humides est l’affaire de tous et toutes. »

Let's block ads! (Why?)


Contournement d’Ussel : 2 minutes pour l’être humain motorisé, perpette pour le climat et la biodiversité !

Alertés par un collectif du territoire, les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire ont interpellé par courrier Laurent Wauquiez, Président du Conseil Régional à propos du contournement routier d’Ussel, dans le Cantal.

Ce projet, porté par le Département du Cantal, devrait recevoir un apport financier conséquent de la Région par l’intermédiaire du Pacte Cantal. Les élus régionaux RCES demandent à Laurent Wauquiez de ramener les élus de la majorité du Département du Cantal à la raison et de ne pas engager d’argent régional dans ce projet.

D’abord, ce projet routier ne présente qu’un intérêt très limité voire nul. En effet, pour un coût estimé à 5 millions d’€, ce nouveau tronçon routier n’aurait pour objectif affiché que de faire gagner 2 minutes de temps de trajet entre Aurillac et l’A75. Que sont ces 2 minutes face aux enjeux de changement climatique et de pollution de l’air ?

Ensuite, deux des trois tracés envisagés impactent une quinzaine de propriétés agricoles dont un centre équestre, menacent d’artificialiser environ 20 hectares de terres arables et traversent un site Natura 2000 abritant plusieurs espèces protégées. Encore une fois, il parait complètement invraisemblable de détruire des espaces de souveraineté alimentaire, des maisons et les habitats du triton crêté, de la sarcelle d’été ou encore de la gentiane croisette pour que quelques-uns gagnent 2 minutes de temps de trajet. Plusieurs élus locaux y sont d’ailleurs opposés.

Ce projet enfin est tout simplement contraire aux objectifs du projet de SRADDET (schéma régional d’aménagement) voté en mars dernier. C’est ce que rappellent Corinne Morel Darleux, Fabienne Grebert, Fatima Parret, Jean-Charles Kohlhaas dans leur courrier.

Let's block ads! (Why?)


Sidérés mais toujours combatifs

Les élu-es du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire ont été sidérés hier par les déclarations d’Andréa Kotarac appelant à voter pour le Rassemblement National sur BFM TV. Nous avons pris la décision de l’exclure immédiatement du groupe.

Nous n’étions pas informés de cette démarche. Rien ne nous laissait imaginer cette trahison de la part d’un élu qui faisait de la lutte « antifa » un de ses thèmes de prédilection et déconstruisait, à chaque réunion de l’assemblée régionale, les positions des élus du Rassemblement National.

Le groupe s’était dissocié de son initiative personnelle à Yalta et lui avait demandé des explications. Nous n’en attendons plus. Ce ralliement à l’immonde est au-delà de l’acceptable. Ce volte-face personnel est incompatible avec nos fondements politiques.

Depuis le début du mandat, les élu-es du Rassemblement citoyen écologiste et solidaire combattent l’extrême droite. Rien dans les dires ou les actes des élus du Rassemblement National ne peut être compatible avec nos valeurs.

Rien ne justifie la haine de l’autre, la stigmatisation, le négationnisme, l’obscurantisme, le climato-scepticisme, le sexisme, l’homophobie.

Aujourd’hui nous sommes amers et plus que jamais unis autour de nos combats. Nous continuerons coûte que coûte à défendre la solidarité, la fraternité, la transition écologique, et le mieux vivre ensemble.

Toujours déterminés et combatifs, notre groupe de 8 élu-es au conseil régional d’Auvergne Rhône Alpes, poursuit sa route.

Monique Cosson, Florence Cerbaï, Fabienne Grebert, Jean-Charles Kohlhaas, Myriam Laïdouni Denis, Emilie Marche, Corinne Morel Darleux, Fatima Parret

Let's block ads! (Why?)