04 76 50 38 38


Association Démocratie Ecologie Solidarité


Agenda

Mercredi 27 juin de 18h à 21h30 Place de Verdun à Grenoble : le Grand PIQUE NIQUE ANNUEL SOLIDAIRE de la CISEM (Coordination iséroise de solidarité avec les étrangers migrants). Avec témoignages, musique, chorale des Barricades… et un temps fort original proposé par RESF (Réseau Education Sans Frontières).


Mardi 3 juillet 2018 de 12h à 14h au Jardin de Ville de Grenoble, rassemblement en hommage aux morts de la rue et pour interpeller sur les conséquences du mal-logement. Par le collectif grenoblois « Mort De Rue».

Mots-clefs : ,

Let's block ads! (Why?)


Un corrompu veut revenir aux affaires !

Il cherche de nouveau à revenir aux « affaires » : un ancien élu corrompu, suborneur de témoin, receleur et complice d’abus de biens sociaux, qui a vendu aux grands groupes privés les services publics biens communs des Grenobloises et des Grenoblois, en échange de financements personnels d’un appartement sur le boulevard Saint-Germain à Paris, de vacances sur le yacht « Le Bohème II » avec personnel de service, de nombreux voyages d’agrément en avions-taxis, de dons, présents, avantages et prestations personnelles diverses.

Cet élu corrompu, élu du peuple pendant vingt ans, a bénéficié de la confiance d’une part de ses concitoyens et d’autre part des plus hautes autorités de l’Etat qui l’ont appelé, à deux reprises, à occuper des fonctions ministérielles. Les éminentes tâches, qui lui ont ainsi été dévolues, auraient dû le conduire à avoir un comportement au-dessus de tout soupçon. Au lieu de cela il n’a pas hésité à trahir la confiance que ses électeurs lui manifestaient, en monnayant le pouvoir de maire qu’il tenait du suffrage universel, afin de bénéficier d’avantages matériels qui se sont élevés à 2,9 millions d’euros et de satisfaire ses ambitions personnelles. Il a ainsi commis l’acte le plus grave qui puisse être reproché à un élu. Un tel comportement est de nature à fragiliser les institutions démocratiques et à faire perdre aux citoyens la confiance qu’ils doivent avoir en des hommes qu’ils ont choisis pour exercer le pouvoir politique.

Cet élu corrompu a tenté, abusant des fonctions ministérielles qu’il exerçait alors, d’égarer la justice, en usant de pressions sur un témoin afin qu’il modifie sa déclaration dans un sens qui lui était favorable. Un tel comportement venant d’un représentant de l’Etat, est d’une particulière gravité.

La gravité des faits commis par cet élu corrompu, et la persistance de son comportement troublent encore l’ordre public fondé sur la confiance que chaque citoyen doit avoir envers les institutions, politiques et sociales qui, établies par la loi, régissent l’Etat, et les hommes qui ont reçu mandat d’en être les garants. Il convient d’y mettre fin.

(Cour d’appel de Lyon, 9 juillet 1996 ; Cour de cassation, chambre criminelle, 27 octobre 1997 ; Cour d’appel de Chambéry, 10 juin 1998 ; Cour de cassation, chambre criminelle, 8 avril 1999).

Pour lire la brochure de l’ADES d’octobre 2003 : « Un corrompu de retour aux affaires ? », cliquez ici.

Mots-clefs : ,

Let's block ads! (Why?)


Politique politicienne

Malheureusement, il faut encore une fois soulever l’incompétence et la pauvreté d’analyse de l’opposition municipale de droite en ce qui concerne les finances de la ville. En effet M. Chamussy déclare dans les médias, à propos du compte administratif 2017 : « oui ils ont amélioré l’épargne nette… en renégociant la dette par l’allongement de la période d’emprunt ». C’est évidemment faux puisque cet allongement était intégré dans le budget prévisionnel et que l’épargne nette prévue n’était que de 0,7 M€. Donc il faut expliquer l’amélioration de l’épargne nette par d’autres raisons, notamment la qualité de la maîtrise de la gestion municipale et quelques ressources exceptionnelles non prévues lors du vote du budget primitif. Mais l’opposition ne regarde pas les dossiers (voir aussi l’article sur la situation financière de la ville ci-dessous) … et elle voudrait venir aux affaires… Les Grenoblois devraient se méfier.


Un gag amusant s’est passé au Conseil Régional le 15 juin lors du renouvellement de la commission permanente. Le groupe du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire a présenté des candidats et vu qu’ils sont 9 élus, ils pouvaient compter sur 2 représentants à la commission permanente. Surprise ils ont eu 3 élus car des élus de l’ex-Front national ont confondu le bulletin de vote « Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire » avec le leur « Rassemblement national ». Comme quoi ils ne sont pas encore bien au point sur leur nouvelle appellation ou bien ont-ils voulu signifier leur désaccord avec ce changement de nom.

Mots-clefs :

Let's block ads! (Why?)