Infos générales

Ailleurs

  • Rezo
    Portail indépendant

Live

ARTE Arte
Rollgator (panneau defilant)

REZO.net

Portail indépendant depuis 1999

 


Une entreprise chinoise exposait gilets électriques, matraques à pointes ou encore menottes électriques au salon mondial consacré à la sécurité des États qui se tient actuellement dans la capitale, a constaté l'ONG Amnesty International. Le stand en question a été fermé dans la foulée, puisque cet équipement est interdit dans l'Union européenne.


L'auteur encourage une réflexion dans laquelle la technologie pourrait mener à un système de « prospérité partagée » plutôt qu'à l'inégalité croissante. Les bénéfices et risques liés à l'automatisation ne dépendent pas, en fait, des robots en tant que tels, mais de ceux qui les contrôlent. Quatre futurs : le communisme, où abondance et égalité coexistent ; le « rentism », dominé par l'abondance et la hiérarchie ; le socialisme, caractérisé par un état de pénurie et d'égalité ; l'« exterminisme », combinant pénurie et hiérarchie.
Source: Contretemps


Le samedi 18 novembre, dans l'arène de l'émission d'On n'est pas couché, la présentation d'Utopia XXI, le dernier livre d'Aymeric Caron, a donné lieu à une ahurissante logorrhée du chroniqueur Yann Moix et de l'acteur Yvan Attal. Ils illustrent à merveille ce qu'il est possible d'asséner comme contre-vérités sur le sionisme et la création d'Israël en quelques minutes à la télévision française.


“En ces temps et lieux, il n'y a plus de bonnes nouvelles”, affirme non loin du Cap Sounion, notre petit pêcheur, rencontré sur le port de Lávrion, au Sud-est d'Athènes, alors qu'à l'ouest de la capitale, on dénombre actuellement 21 morts et un disparu, après les inondations du 16 novembre, plus exactement, faisant suite à l'hybris des hommes. “Nous allons venger nos morts, les politiciens devront faire attention”, entend-on depuis la zone inondée. Dégâts, disons des eaux, naufrages.
Source: greek crisis


Ayant travaillé pendant plusieurs années sur les questions de migration des femmes et en particulier sur les stéréotypes et les représentations des femmes migrantes et musulmanes en Europe, j'étais très intéressée par toutes ces questions et notamment par la compréhension des soi-disant « récits de sauvetage » (rescue narratives) que la droite et les néolibéraux, mais aussi quelques féministes, utilisaient lorsque ils parlaient des communautés musulmanes et migrantes et affirmaient que ces femmes devaient être émancipées de leurs cultures arriérées.
Mais cependant, je n'étais pas entièrement satisfaite des réponses fournies par les études antérieures. D'autant que j'appartiens à ce courant féministe qu'est le féminisme marxiste : j'étais donc intéressée par la possibilité d'identifier une logique politico-économique derrière ces « récits de sauvetage » ; Je voulais examiner si la stigmatisation soudaine des hommes musulmans et migrants au nom des droits des femmes avait aussi quelque chose à voir avec la position des femmes musulmanes et migrantes dans l'arène économique. J'ai donc commencé à examiner ces problèmes et à travailler sur un projet qui a finalement été développé dans ce livre.
Source: Contretemps


La brillante campagne présidentielle de Bernie Sanders n'est pas restée sans lendemain malgré la victoire de Trump : les élections locales ont porté aux responsabilités nombre de ses partisans et autres figures de l'opposition au milliardaire-président.
Source: Regards


Le plus abject dans toutes ces histoires n'est pourtant pas ici à mes yeux. Le plus abject en effet est que les femmes qui ont dénoncé des agissements honteux et répréhensibles pendant des semaines (harcèlements et agressions sexuels, viols) commis par Tariq Ramadan et bien d'autres, bien trop d'autres, se soient faits dépossédés de leur combat par des politiciens irresponsables et des médias complices. Alors que le sujet initial était la question des droits des femmes ainsi que du comportement et des agissements abjects d'une part considérable des hommes, nous revoilà parti dans des débats rances et identitaires. Cette confiscation de la parole est absolument insupportable, cette instrumentalisation de la parole de femmes dénonçant des agressions sexuelles et des viols l'est tout autant.
Les réactionnaires et identitaires ont accueilli comme du pain béni cette affaire Ramadan en cela qu'elle leur permet de faire diversion, leur grande spécialité. Alain Finkiekraut, à qui on peut reconnaitre le mérite de la franchise, n'a pas dit autre chose il y a quelques jours en expliquant que le but de « la campagne #Balancetonporc était de noyer le poisson de l'Islam » et que ledit poisson est désormais de retour grâce à Tariq Ramadan. Cet arc réactionnaire et identitaire se sert de l'Islam pour noyer la question des agressions sexuelles et viols aujourd'hui comme il se servait hier de l'Islam pour ne pas parler des questions économiques et sociales. Dans cette grande diversion dont ils sont les experts, bien aidés par des médias complices, les grands perdants sont toujours les plus dominés de notre société. Il est plus que temps de se lever contre cette dynamique morbide.


Raphaël Godechot est journaliste indépendant, il collabore à plusieurs rédactions dont StreetPress. Vendredi 17 novembre, alors qu'il se rendait à une soirée, il est témoin d'un contrôle des titres de transport dans le métro parisien. La situation est tendue. Il décide de filmer, ce qui déclenche une réaction violente des agents de la RATP : pour l'empêcher de filmer, ils l'étranglent, le jettent au sol et le frappent. Il a depuis porté plainte et fait constater par un médecin ses blessures. StreetPress publie son témoignage._
Source: StreetPress


Dans « Tiens, ils ont repeint ! », l'écrivain-éditeur Yves Pagès compile près de cinquante ans de graffitis, soit plus de 4 000 slogans absurdes, contestataires ou poétiques.
Source: Libération


Moi ce que je vois aujourd'hui, c'est que l'état et le gouvernement, l'oligarchie des petites magouilles entre amis, n'a pas du tout intérêt à protéger les lanceurs d'alertes. On est le grain de sable qui vient gripper les rouages. Il faut donc un cursus totalement sécurisé. Quand quelqu'un fait le choix de lancer une alerte il faut qu'il puisse le faire de manière sécurisée, sans aucune fuite, qu'il ne risque pas de mettre sa vie en danger. Il faut un système global de protection des lanceurs d'alertes qui les accompagne tout le long du chemin, qui prenne en compte l'aspect psychologique, l'aspect juridique, parce que, pratiquement à chaque fois, on a tous des procès en diffamation. Il faut un accompagnement financier, social… Il faut des mesures globales et ça ce n'est pas fait aujourd'hui.