Flux AlterNews L'Autre Quotidien

Sources

RFI - A La Une-RFI - 23.10.2018

Economie: Bruno Le Maire en croisade au Parlement européen contre les GAFA

000_1a854g_0.jpg

A Strasbourg, le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire a appelé tous les Etats européens à s'engager sans délai dans la mise en œuvre d'une taxation des géants du numérique et en particulier des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon). Mais les réticences sont encore nombreuses. Lien

Rebellyon.info - 23.10.2018

Festival littéraire les "Mots Délivrent" au café-lecture stéphanois Le Remue-Méninges, du 15 au 18 novembre

L'exposition « Ombres d'hommes » de Thomas Delaunay inaugure le festival et donne le ton : une série de portraits, visages de ceux qui ont connus l'errance et la clandestinité, visages reflets de parcours de vie à la marge de la société. Société qui d'ailleurs se définit par cette marge, ceux qu'elle exclut, qu'elle enferme, qu'elle cherche à tous prix à invisibiliser. Nous aurons le plaisir d'accueillir entre autres auteurs Nadia Ménenger pour « A ceux qui se croient libres », ouvrage documentaire qui retrace les revendications et la lutte politique de plusieurs détenus des années 80 à nos jours [...]

Retrouvez la programmation complète sur le site du Remue-Méninges :
http://remue-meninges.com/site/

 Lien

Paris-luttes.info - 23.10.2018

Le programme d'automne du CSA de la Parole Errante Demain est en ligne !

Venez découvrir les activités et les permanences du Centre Social Autogéré de la Parole Errante Demain !

Le Centre Social Autogéré (CSA) est l'une des nombreuses portes, joyeuses brèches, dont s'est doté le collectif de La Parole Errante demain : un lieu pour faire co-habiter les initiatives culturelles, politiques et sociales ; un lieu de rencontres, de transmission, de solidarité et de défense face aux institutions. Il propose différentes activités sous forme d'ateliers et de permanences gratuites et ouvertes à tous et toutes.
Le nouveau programme d'automne est disponible ici !

JPEG - 261.2 ko

 ?

À la Parole errante, au-dessus de la librairie Michèle Firk (emprunter la porte située sur la façade droite du bâtiment)
Adresse : 9 rue François Debergue, 93100 Montreuil, Métro Croix de Chavaux
Adresse électronique : csaparoleerrante@ riseup.net
Site internet : http://laparoleerrantedemain.org/index.php/le-centre-social-autogere/

Réunions d'organisation les mercredis à 19h, une semaine sur deux : le 10 et 24 octobre, le 7 et 21 novembre, le 5 et 19 décembre.
Venez nous rencontrer pour participer à l'organisation du Centre social autogéré, vous informer ou proposer des activités !

La Parole errante demain est un collectif d'usager.e.s, metteurs ;euses en scène, comédien.ne.s, libraires, écrivain.e.s, réalisateurs.trices, musicien.ne.s, enseignant.e.s, éducateurs.trices, militant.e.s qui a pris l'initiative d'imaginer un devenir pour la Parole errante.

Contacts  
Adresse électronique : laparoledemain@gmail.com
Site internet : laparoleerrantedemain.org
Le café librairie Michèle Firk : www.michelefirk.org

 Lien

Paris-luttes.info - 23.10.2018

CASH, journal de chômeurs et précaires, 1985-1989 - Archives en ligne

Pour CASH, l'auto-organisation des chômeurs et précaires suppose d'assumer une rupture préalable avec le « consensus pour l'emploi » et la glorification de l'entreprise. Pas question de « refaire (le) monde » sans procéder d'un écart, adopter un point de vue dont l'une catégorie centrale est le refus de l'idéologie du travail.

Précaires, au passé ?

1985, c'était déjà « la crise », le socialisme [1], l'austérité [2], l'invocation de la croissance et de l'emploi qui sauvent [3]… on s'en souvient moins, 1985 c'était aussi des luttes de chômeurs et précaires, luttes auxquelles l'État répondit en 1988 par l'instauration du RMI [4].

Précaires au présent...

Peu après l'instauration du RSA, on pouvait lire dans L'Interluttants : « Il faudrait donc accepter n'importe quelle offre « raisonnable » d'emploi sous peine de radiation et suppression de revenu, subir la suspicion des départements et les intrusions de la CAF [5] en dépendant du RSA [6], avoir capitalisé des droits et être un artiste de l'entreprenariat de soi [7] pour ouvrir droit au chômage, souscrire à l'obligation de s'activer que la fusion de l'ANPE et de l'ASSEDIC en un Pôle emploi doit conforter, bref, vouloir « gagner plus » et se soumettre pour un minimum [8] » .

Contre d'énièmes provocations patronales [9] et, plus fondamentalement, contre la non indemnisation, une mobilisation en cours exige une refonte de l'Unedic.

Pendant ce temps, le gouvernent prépare une « réforme » du RSA. Pour notre bien, évidemment. On nous dit que celle-ci devra remédier à l'ampleur du non-recours à ce minima parmi les salariés pauvres… [10]. Pourtant, comme tant d'autres avant lui, ce gouvernement s'est auto-satisfait d'annonces fallacieuses, sans améliorer en rien le sort des ayants droits [11]...

On ne perdra donc sans doute pas son temps à effectuer aujourd'hui ce détour par le passé, par exemple en lisant ces deux tracts de l'association des chômeurs et précaires de Paris, diffusés en mai 1985 :

• Les chômeurs c'est la classe !

Chômer payé !

Vous trouverez ci-bas l'ensemble des sommaires des numéros du journal CASH - dont 10 sont désormais publiés en ligne sur le site Archives Autonomies - ainsi que des liens vers chaque numéro disponible en ligne. Certains articles « clés » sont indiqués en gras et/ou accessibles directement sur le net.

JPEG - 93.2 ko

CASH n°1 - Décembre 1985
Les aventures de CHOMDUR
Stimuler le débat, Prendre l'initiative
Le froid tue, le chaud meurt
Conseil « gratuit »

Ça veut dire ce que ça veut dire…
Humeur : comment repérer un démoralisateur
En avoir ou pas…

Sketch-frites

CASH n°2 - Mars 1986
Edito…
Entre la foire et le carnage
Critique littéraire : riz amer
Brèves
Je pense à Thouars…
Tract de l'ASICT
Ça veut dire, ce que ça veut dire…
L'éloge du crime
Les forteresses ouvrières prises à revers
Les bourses du travail, berceau de l'identité ouvrière
Italie contre le travail

Squatt à Lyon
Élections : appel aux chômeurs et à leurs associations
Humeur
Tous à la campagne !
Les aventures de CHOMDUR

CASH n°3 - Juin 1986
Édito : faut pas se plaindre
L'idéologie est la première arme des exploiteurs
Gouvernement cherche emploi

Emploi du temps
Vent d'Est
Transformer les chômeurs en rentiers
Le travail au noir nous fait voir rouge (FTP-MOI)
Lyon : Gastronomie prolétaire
Demandez le programme
Chômeuse's blues
Grève de la faim (AITPETA) et Thouars (ASICT)
Humeur
Tête de turc
Travail mobile : Pas du toc, de l'étatique
Agitation
FNC
Pourquoi la pauvreté, alors que la richesse
Ça veut dire ce que ça veut dire…
Les aventures de CHOMDUR

CASH n°4 - Septembre-Octobre 1986
Édito
La précarité ou comment devenir chèvre
Attention aux prochaines révoltes
De la bouffe et du travail
V.U.P. et F.U.P.
Irlande
Humeur
Est-il prudent de cacher une usine à gaz derrière une allumette ?
L'imprimerie municipale de la ville de Paris bradée au privé !
Lettre ouverte aux membres du conseil d'administration et aux associations de la Fédération Nationale des chômeurs…

CASH n°5 - Janvier 1987
Du côté des chômeurs
Édito
Point de vue : Mouvement d'Automne
Étudiants, si vous saviez
Et ta soeur ?
Le tribunal des femmes contre la pauvrêté
Retour à l'ordre moral
Strasbourg se paye cash
Aller à Thouars
Ça veut dire ce que ça veut dire !
Du côté des chômeurs
Travail abstrait : salaire concret
Revenu garanti : l'embarras du choix

CASH n°6 - Avril 1987
Éditorial
Manifeste pour la garantie des moyens d'existence pour tous
Manifes : mode d'emploi
Du côté des chômeurs
Humeur
Notes de campagne
La voix des chômeurs
Point de vue : on ne prête qu'aux riches
Frauder… la honte !!
"Le faux à le son du vrai"
Du côté des chômeurs : un carton jaune contre l'exclusion
Travail abstrait : salaire concret
Les noeuds gorziens ou là ou il y a de la gène, il n'y a pas de plaisir

Italie/Chômage commun
Naples : enfer et demesure
Les nouvelles formes du marché du travail en Italie

CASH n°7 - Juillet 1987
Édito
Manifeste pour la garantie des moyens d'existence pour tous
Liste des signataires
Les détenus aussi…
Un A.C.I.D. corosif
À propos du…
Pour un salaire unifié
Parlement européen : La quête du grael
Ça veut dire… ce que ça veut dire !
Union Solidaire des Sans-Emplois
Rochefort, la galère
Quelles stratégies pour le mouvement des chômeurs ?
Au rapport…
L'Exil du précaire
Maladroits ou mal à gauche

CASH n°8 - Novembre 1987
Fac-similé
Éditorial
3 jours pour un revenu garanti
Sondez, sondez, il en restera pas grand'chose…
Point de vue : Position
Alternatik 36 15 Code Alter
Chartres
Sosie
Augmentation du nombre des demandeurs de salaire
Paroles de Coorace
Manifeste pour la garantie des moyens d'existence pour tous
Manifeste
FNC : PME familiale pro Seguin
Mener le bétail ou… la bataille ?
Humeur

CASH - Spécial Débat - Décembre 1987
3 jours : Pour un revenu garanti
Transformer les chômeurs en rentiers
Conseil "gratuit"
Le froid tue, le chaud meurt
L'idéologie est la première arme des exploiteurs
Gouvernement Cherche Emplois
En avoir ou pas…
Entre la foire et le carnage
Les forteresses ouvrières prises à revers
Étudiants, si vous saviez
Revenu minimum garanti et réduction du temps de travail
Quelles stratégies pour le mouvement des chômeurs
Travail abstrait : salaire concret
Maladroits ou mal à gauche
Les bourses du travail : berceau de l'identité ouvrière
À propos du…
Chômeurs en quête d'identité
Est-il prudent de cacher une usine à gaz derrière une allumette ?
Les noeuds gorziens ou Là où il y a de la gène, il n'y a pas de plaisir
Intègre toi, tu seras protégé

CASH, n°9 - Janvier 1988
Édito
3 jour : pour un revenu garanti
La vie sans sous : une histoire de fou
Unedic : toujours moins ?
Intège toi, tu seras protégé
Réduction du temps de travail : dites 35…
L'indemnisation du chômage, une peau de chagrin
Collectif
Les politiques de mise au travail depuis 81 ont-elles un sens ?
Un salaire ? Puisqu'on vous dit qu'ils se forment
F.N.C. : Séguin à une chèvre à Paris
La Rochelle : À propos du revenu garanti
Un droit naturel : le travail
Alka Seltzer : Dur de l'avaler
Minimex : Histoire belge
TUC, PIL, PLIF, PLAFPOF

CASH n°10 - Mai-Juin 1988
Insécurité sociale
Insécurité politique…
Supprimer la pauvreté - Bruno Coudier
Pour une citoyenneté réelle - Gérard Soulier
RMG : une ruralité minimale garantie - Marc Saracino
ANPE : précariser, contrôler- J.F. Hersant
Recomposer le travail productif - Yann Moulier
Minimum social et revenu garanti - Thierry Baudouin
Précaires : un sujet productif - Michele Collin

CASH n°11, août 1988 : spécial revenu minimum d'insertion
Appel pour un véritable revenu minimum garanti
RMI, exposé des motifs de la loi commentés
Projet de loi commenté

Exemples de revenu minimum garanti déjà mis en place localement en France
Exemples de revenu minimum garanti en Europe
Rencontre nationale sur le projet de loi RMI le 10 septembre, manifestation le 8 octobre

CASH n°11 - Mars-Avril 1989
Éditorial
Débat : autour du revenu garanti
Questions :Chômeurs et/ou précaires
Projet : Collectif "Nom Lieu"
Dossier : R.M.I. peau de chagrin : Fiche pratique ; Dernières nouvelles ; Trois bonnes raisons d'imposer le revenu garanti ; Le "juste" prix ; L'APAD face au RMI
Femmes : Les nouveaux pauvres nouvraus sont arrivés
Chiffres
Mouvement des chômeurs et des précaires : Coquille vide ou oeuf dur
Morale : précaires contre précaires
Interview : Ça bouge du côté des stagiaires
Message de la coordination nationale des stagiaires FPA
Bilan-ACP
Extrêmes limites


[1] A propos du socialisme des années 80 : Trois critiques des années Mitterrand.

[2] La « rigueur » économique ne connait pas de limites ? Voir : Un conseil général socialiste supprime le RSA à des centaines de personnes, et le revendique.

[3] Voir ce tract récent, Nous ne voulons pas être sauvés, Cip-idf.

[4] On pourra lire à ce sujet un tract rédigé 10 ans après la création du RMI, sous le gouvernement Jospin, au lendemain d'une mobilisation massive des chômeurs et précaires : À gauche poubelle, précaires rebelles.

[5] N'hésitez donc pas à faire circuler et à lire à plusieurs, parmi les concernés, ce Face aux contrôles domiciliaires de la CAF, quelques conseils, publié par Les CAFards.

 Lien

Jeune Afrique: Actualités Politique - 23.10.2018

Tunisie : Rached Ghannouchi face à Hamma Hammami, une discorde à son paroxysme

Rached Ghannouchi, le président du mouvement islamiste Ennahdha, et Hamma Hammami, le porte-parole du Front populaire, qui regroupe des partis d'extrême gauche, se rendent coup pour coup. Lien


Jeune Afrique: Actualités Politique - 23.10.2018

Guinée : évincé de la Cour constitutionnelle, Kèlèfa Sall récuse tout manquement

L'éviction de Kèlèfa Sall de ses fonctions de président de la Cour constitutionnelle a créé des remous entre l'opposition et le camp au pouvoir. Le haut magistrat revient pour Jeune Afrique sur les conditions de son limogeage, dont il attribue l'origine à ses relations difficiles avec Alpha Condé. Lien


Jeune Afrique: Actualités Politique - 23.10.2018

Sahara occidental : 41 pays affirment leur position à l'ONU

sipa_ap22188671_000005-592x296.jpg

Les représentants de 41 pays se sont exprimés à propos du Sahara occidental lors de la dernière session de la 4e commission de l'ONU chargée des questions de décolonisation, qui s'est tenue à New York du 10 au 18 octobre. Lien

Jeune Afrique: Actualités Politique - 23.10.2018

Mali : décès de Mahamadou Djéri Maïga, ancien vice-président du MNLA

sipa_ap21432785_000003-592x296-146580762

Mahamadou Djéri Maïga est décédé dans la nuit du lundi 22 au mardi 23 octobre à Bamako. Membre fondateur du MNLA, il en était une figure historique et oeuvrait au sein du comité de suivi de l'Accord de paix d'Alger depuis 2015. Lien

Jeune Afrique: Actualités Politique - 23.10.2018

Francophonie : le lobbying de l'Élysée pour faire triompher Louise Mushikiwabo

La présidence française a mobilisé plusieurs de ses conseillers afin d'assurer l'élection de la Rwandaise Louise Mushikiwabo au poste de secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), vendredi 12 octobre à Erevan. Lien


Jeune Afrique: Actualités Politique - 23.10.2018

RDC : le soutien de Gizenga au dauphin de Kabila crée des remous dans son parti

gizenga.jpg

Moins d'une semaine après la déclaration du patriarche Antoine Gizenga appelant ses partisans à soutenir la candidature d'Emmanuel Ramazani Shadary, certains cadres du Parti Lumumbiste unifié (Palu) renâclent à s'aligner, tandis que des alliés prennent leur distance. Lien

Basta ! - 23.10.2018

Comment La Poste se joue des élus et des usagers pour fermer toujours plus d'agences locales

Saviez-vous que La Poste est exemptée à 95 % de taxe foncière et de contribution économique territoriale ? Que cet argent économisé est censé lui permettre de « moderniser » les bureaux de poste grâce au « fonds postal national de péréquation territoriale » ? Mais que La Poste s'en sert en réalité pour en fermer un maximum en les transformant en petits relais postaux ? Connaissez-vous les « modes opératoires » publiés par La Poste pour expliquer à ses cadres locaux comment fermer habilement un bureau, même (...)

- Décrypter / Services publics, Fractures sociales, Enquêtes, Le Postillon, A la une Lien

Révolution Permanente - 23.10.2018

#pasdevague : ces profs qui détestent les élèves

Un grand moment de défoulement collectif : l'agression contre une enseignante d'un lycée de Créteil est l'occasion d'une campagne à la fois sordide et surréaliste. Une campagne qui n'honore pas ses auteurs parmi lesquels des enseignants.

Source
B. Girard

Un grand moment de défoulement collectif : l'agression contre une enseignante d'un lycée de Créteil est l'occasion d'une campagne à la fois sordide et surréaliste. Surréaliste tant elle paraît déconnectée de la réalité des faits, sordide par la forme qu'elle prend et surtout la violence qu'elle charrie. Une campagne qui n'honore pas ses auteurs parmi lesquels des enseignants.

En tête, évidemment, et sans doute pas mécontent de la tournure des événements, Blanquer. En période de vacances, l'incident lui aura permis de se livrer à son passe-temps favori - communiquer, gesticuler - alors que les limites de son action commencent à percer au grand jour. Tragi-comédie des évaluations en primaire, réforme du bac bâclée, magouilles autour des programmes scolaires, suppressions de postes etc : pendant quelques jours au moins, un fait divers transfiguré en affaire d'état lui permet de donner le change, de faire illusion. Avec l'impudence et la malhonnêteté qui sont sa marque de fabrique, il trouve même le moyen de tourner à son profit la question du téléphone portable qui, pourtant, avait viré à sa confusion : une loi inutile et paranoïaque ici parée de toutes les vertus malgré son inefficacité attestée.

Dans son rôle de bateleur, Blanquer est bien sûr étayé par des médias, toujours aussi incapables de distanciation, toujours aussi prompts à relayer la parole du ministre mais cette fois l'affaire prend un tour nouveau avec l'intervention virulente d'enseignants (réels ou supposés) à travers les réseaux sociaux et notamment le hashtag #pasdevague, sur Twitter, censé refléter la colère des profs. Et là, quelle fureur, quel déchaînement… mais surtout contre quelle cible ? Passons sur le fait qu'il ne serait déjà pas très digne de la part d'adultes de se laisser aller à un lynchage collectif contre un jeune, même coupable. Mais dans le cas présent, il ne s'agit plus d'un acte individuel qu'il faudrait condamner, il ne s'agit plus d'une enseignante du lycée de Créteil qu'il faudrait défendre. En réalité, l'incident est détourné au profit d'une attaque frontale contre, en vrac, le laxisme de l'institution, la pédagogie, la prétendue suppression des notes, les parents et l'enfant-roi, Mai 68, la racaille etc mais surtout contre les élèves dont la détestation paraît sans limites. A travers ce hashtag haineux, d'ailleurs alimenté et soutenu par la fachosphère et par Le Pen en personne, éclate la profonde aversion d'une partie des enseignants pour les élèves, une méfiance viscérale dont on vient à se demander si elle n'est pas, finalement, à la source de bien des dysfonctionnements du système scolaire français.

Sur ce sujet de la violence à l'école, c'est la mémoire courte qui impose ses règles. La faute à Mai 68, au téléphone portable ? Le soir du 3 février 1973, le collège Pailleron, à Paris, partait en fumée. On retrouvait dans les décombres les corps de 16 élèves et de 4 adultes. Un incendie criminel dont les coupables étaient rapidement retrouvés : deux élèves du collège. Et déjà, plutôt que de remettre en cause la construction défaillante du collège, le ministre de l'EN de l'époque préférait accuser l'affaissement moral dû à Mai 68. Il lui était difficile d'accuser le téléphone portable… On n'ose imaginer les réactions que provoquerait aujourd'hui un semblable drame : la peine de mort pour les mineurs ?

Laxiste l'école ? Dans un ouvrage récent, le chercheur Eric Debarbieux évoque une nouvelle fois « l'impasse de la punition à l'école » et l'inflation punitive très caractéristique de l'école en France mais dont l'opinion publique et, malheureusement, une partie des enseignants, ne semblent pas conscients. On punit à tour de bras dans les établissements (les 2/3 des collégiens sont punis au moins une fois par an…) sans se préoccuper de l'effet produit.

Laxiste l'école ? C'est encore oublier les mesures inconsidérées commandées par un populisme éducatif toujours à l'affût du moindre fait divers. Comme par exemple l'impensable délit d'« outrage à enseignant », sorti en 2002 du cerveau tortueux du ministre de l'Intérieur Sarkozy, un délit passible de 6 mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende (délit à ma connaissance jamais abrogé…). Ou encore du même Sarkozy, cette fois-ci président, la création en 2010, d'ERS (établissements de réinsertion scolaire) pour élèves difficiles. Une mesure qui devait rapidement tourner à la mauvaise farce … et dont le maître d'œuvre fut le Dgesco de l'époque, un certain Blanquer.

Blanquer, précisément, annonce dans la foulée un nouveau « plan » contre la violence à l'école, comme l'ont fait pratiquement tous ses prédécesseurs depuis plusieurs décennies. Avec le soutien d'enseignants qui le confortent toujours davantage dans ses pratiques autoritaires et infantilisantes. Jusqu'au moment, peut-être, où l'autoritarisme du ministre ne les épargnera pas à leur tour.

Mais pour l'instant, Blanquer ne peut que se féliciter du hashtag #pasdevagues »...

Mise à jour (22/10 à 22 h 20). Quelques-uns des tweets relevés sur #pasdevagues :

 Lien